Exposition Gaétan Nocq et Pascal Rabaté

Planches originales de bande dessinée

Du 18 juillet 2020 au 31 octobre 2020

En lien avec « 2020, l’année de la BD », initié par le ministère de la Culture, le Mémorial de l’internement et de la déportation propose deux expositions de bande dessinée sur le thème de la Seconde Guerre mondiale.

Exposition Le Rapport W, infiltré à Auschwitz

Dans son très bel album Le Rapport W, Gaétan Nocq raconte les 947 jours d’enfer de Witold Pilecki, capitaine de cavalerie, membre de l’Armée secrète polonaise, et interné au camp d’Auschwitz, dont une trentaine de planches originales et ses carnets préparatoires seront exposés, en partenariat avec la galerie Daniel Maghen.

L’univers graphique très personnel de Gaétan Nocq mêle à la beauté onirique de ses dessins la précision clinique de l’enfer concentrationnaire nazi qui est décrit au travers de l’histoire vraie de ce héros de la Résistance polonaise.

Cette exposition sera l’occasion pour le Mémorial de l’internement et de la déportation de rappeler la place du travail forcé au camp de concentration d’Auschwitz I pour les prisonniers politiques, vers lequel des milliers d’internés de Compiègne ont été déportés, et qui fut distinct, dans un premier temps, du camp d’extermination d’Auschwitz II.

La première édition du festival « Traits de mémoire », festival de bande dessinée historique organisé durant le week-end du 10 et 11 octobre 2020 par le Mémorial de l’internement et de la déportation, sera l’occasion de recevoir l’auteur lors d’une rencontre avec le public, accompagné d’Isabelle Davion, historienne et maîtresse de conférences à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, qui sera suivie d’une séance de dédicaces.

Exposition La Déconfiture

Pascal Rabaté est un cinéaste (Les Petits Ruisseaux, Ni à vendre ni à louer) et un auteur de bande dessinée qui compte parmi les plus importants de sa génération. L’exposition qui le mettra à l’honneur présentera les planches originales – et pour certaines inédites – de son album La Déconfiture, publié de 2016 à 2018, ainsi qu’un ensemble de planches d’études, dont l’histoire se situe au moment précis de la débâcle de l’armée française, en juin 1940.

À travers le destin d’un simple bidasse, l’auteur raconte les jours qui virent la reddition de l’armée et le début de l’exode pour de nombreux civils. C’est aussi la mise en place dans l’urgence par l’armée allemande des camps de prisonniers, d’abord de fortune, puis au sein de Frontstalag, comme ce sera le cas à Compiègne avec le Frontstalag 170, avant leur transfert vers l’Est.

La première édition du festival « Traits de mémoire », festival de bande dessinée historique organisé durant le week-end du 10 et 11 octobre 2020 par le Mémorial de l’internement et de la déportation, sera l’occasion de recevoir l’auteur lors d’une rencontre avec le public qui sera suivie d’une séance de dédicaces.